Les avantages pour l'environnement

Diminution du réchauffement des villes (effet d’îlot thermique urbain)

Les toitures végétales constituent l’une des manières les plus efficaces de faire baisser la température dans les zones urbaines où en été le thermomètre affiche environ 5 à 7 degrés de plus qu’à la campagne. Ce phénomène s’explique par le fait que les bâtiments et les routes absorbent la chaleur. La température sur une toiture traditionnelle peut être supérieure de 40 degrés par rapport à une toiture végétale. Selon une étude du Tyndall Centre for Climate Change, 10% (ou plus) de végétaux dans les villes suffiraient à diminuer l’effet d’îlot thermique urbain (UHI ou Urban Heat Island).

Accumulation de l’eau de pluie

Un avantage essentiel des toitures végétales est le retardement de l’écoulement de l’eau de pluie. Grâce à cela, la quantité d’eau à traiter par les égouts est réduite de 70 – 95% en été.  Les toitures végétales contribuent ainsi à la limitation totale ou partielle des frais inhérents à des installations couteuses au niveau des égouts. Elles permettent aussi, grâce à l’écoulement différé, d’éviter des dégâts aux installations en cas de pluies violentes.

Epuration de l’eau de pluie

La filtration biologique naturelle des toitures végétales permet d’éviter que les substances polluées et nocives n’atteignent les rivières et les voies d’eau. Selon une étude de Kohler & Schmidt, le substrat retient 95% du plomb, du cuivre et du cadmium et 19% du zinc contenus dans l’eau de pluie. Il en ressort une eau de meilleure qualité.

Réduction des émissions de CO2

Les toitures végétales contribuent à réduire la quantité de CO2 présente dans l’air. Le CO2 est considéré comme l’une des causes principales du réchauffement de la terre. 1 m² de toiture végétale peut absorber annuellement 5 kg de CO2. La baisse de la consommation énergétique générée par la pose d’une toiture végétale permet par ailleurs de diminuer la quantité d’oxyde de carbone (3,2 kg/m² par an)*.  A titre comparatif, 1 m² de toiture végétale absorbe annuellement la quantité de CO2 qu’émet une voiture moyenne pour parcourir 80 km.

Un air plus pur

La végétation contribue à la collecte de particules en suspension, comme le smog, les métaux et les matières organiques volatiles de l’atmosphère locale. Ceci a un effet positif sur la qualité de l’air et la santé des habitants. Les chercheurs estiment que 1 m2 de toiture verte permet d’absorber 0,2 kg de particules par an **.

Un environnement naturel

Suite au développement des zones urbaines, la biodiversité est devenue l’un des défis majeurs des administrations. Les toitures végétales offrent un habitat de substitution à la faune et la flore et contribuent à restaurer le maillage écologique détruit par le développement des infrastructures urbaines.

* National Research Council of Canada
** United States Environmental Protection Agency